29 mai 2014

Bus à pile combustible AC Transit à Berkeley
Contrairement à d'autres villes des États-Unis, il est assez facile de se déplacer en bus à Berkeley et San Francisco, même si on est très loin de l'efficience des transports publics parisiens, par exemple. Ici, il n'est pas rare de devoir attendre son bus pendant 5 minutes une fois, puis en voir trois à la suite apparaître après plus de 40 minutes d'attente, une autre fois.

Une vingtaine de lignes parcourent Berkeley dans tous les sens, mais surtout sur la partie inférieure (sud, nord et ouest), bref, là où c'est plat, donc malheureusement pas à proximité de mon lieu d'habitation. Mais, il s'agit d'un moyen de transport bien pratique et peu cher, en comparaison avec le train, le RER (Bart) et la voiture. Parquer au centre-ville de Berkeley est difficile et cher (USD 1,50 par heure dans la rue, pour maximum 2 heures, et jusqu'à USD 12.-- par jour dans un parking)...

Pour nous encourager à prendre le bus plutôt que la voiture en tant qu'étudiant à l'UC Berkeley, on bénéficie d'ailleurs des transports gratuits en bus dans toute la baie de San Francisco avec les lignes de l'AC Transit.

Ma carte d'étudiante avec le Class Pass AC Transit
Comment ça marche ? Au début de chaque semestre, les étudiants doivent demander un petit autocollant, le Class Pass, auprès du service des étudiants correspondant. Mon service est l'Advanced Degree Programs Office, tout entièrement dédié aux besoins et questions des étudiants de LLM (3-4 employées à plein temps, vraiment gentilles, patientes et dévouées - ça change du service minimum que j'ai connu lors de mes études en Suisse).

Pour voyager, on entre par la porte de devant et montre sa carte d'étudiant au chauffeur. Comme d'habitude, il y a ceux qui vérifient attentivement la date de validité et les autres qui ne regardent pas du tout. Mais, tous doivent normalement décompter le nombre de personnes utilisant ce pass. J'imagine que l'UC Berkeley doit débourser un certain montant annuel en fonction du nombre d'usagers. Dans tous les cas, je n'ai jamais rencontré de problème et les chauffeurs ici sont plutôt cools et sympathiques. Nombreux même sont ceux qui disent bonjour... (autre truc incroyable quand on vient d'une ville où les chauffeurs de bus ont parfois tendance à fermer les portes au nez des passagers et à regarder dans l'autre sens pour ne pas s'arrêter même si on est arrivé pile à l'heure à l'arrêt de bus).
A l'intérieur du bus...
J'ai toujours trouvé une place assise, même aux heures de grande affluence, mais je n'ai jamais encore pris de ligne "transbay" (qui traverse les ponts pour se rendre de l'autre côté de la Baie, à San Francisco par exemple). Les bus sont propres, confortables, il n'y aucune trace de vandalisme et un très grand nombre d'entre eux sont totalement... silencieux ! En effet, AC Transit utilise depuis quelques années des bus électriques à piles combustibles (hydrogène), à zéro émission de CO2. Les piles sont stockées sur le toit des bus, mais de l'extérieur, les bus ne sont pas plus laids que les autres, au contraire, grâce à leur emballage vert "écolo". Dommage qu'il n'y ait pas plus de tels bus ailleurs pour le moment. Car, comme usagère, c'est le luxe absolu de voyager dans un véhicule où l'on a l'impression de flotter sur la route...

Grâce au Class Pass, un très grand nombre d'étudiants voyage en bus tous les jours et il n'y a quasiment pas de bouchons autour du campus, ni d'ailleurs dans le reste de la ville. Les parkings sont pleins mais pas bondés. Alors, à quand les transports publics gratuits pour les étudiants en Suisse ? (On peut toujours rêver.)

0 commentaires :

Publier un commentaire

Votre commentaire sera publié après modération.