13 juin 2014


Le panneau à l'entrée...
On trouve de tout sur le campus d'une université, même des garderies et crèches réservées à tous les bébés et jeunes enfants des membres du personnel et des étudiants. A Berkeley, il y a quatre centres dédiés à la petite enfance, dont trois à proximité immédiate du campus.

Alors, pourquoi ne pas en profiter, quand on est étudiant à plein temps, pour y faire garder ses enfants pendant ses cours, lorsque l'on n'a pas d'autres alternatives ou que parents et grands-parents ne sont pas disponibles pour jouer les nounous en venant de l'autre bout du monde ? C'est aussi une excellente occasion pour découvrir une autre culture, s'immerger dans la vie locale, rencontrer d'autres parents, et pour les enfants d'apprendre l'anglais, découvrir plein de nouvelles choses, se faire des petits copains, jouer à des jeux qu'ils ne trouveront pas à la maison et découvrir de nouveaux goûts...

J'ai découvert l'existence du Haste Child Development Center il y a 4 jours, par l'intermédiaire d'une camarade chinoise qui y a placé sa fille de 3 ans dès le début des cours, et qui en est ravie. Le centre a été construit en 2008 selon des normes écologiques strictes : utilisation d'énergies renouvelables, matériaux non-polluants et non toxiques, recyclage des déchets... Le centre peut héberger jusqu'à 80 enfants, dans des salles de 12-15 enfants, et emploie une vingtaine d'éducatrices (ce sont toutes des femmes).

Il y a 3 jours, j'envoie mon inscription en ligne depuis le site dédié de l'UC Berkeley.

A l'intérieur du centre
Il y a 2 jours, incrédule, je reçois une réponse positive de la direction du centre, qui me dit qu'il y a une place libre pour Mini-K. 1. Et comme nous sommes aux Etats-Unis, en Californie, tout se fait "à la cool". Juste un petit message laissé sur mon répondeur, et on m'appelle directement par mon prénom, en me disant que c'est bon. Je suppose qu'il y a davantage de places disponibles durant l'été, pendant les vacances.

Hier, je me suis rendue au centre. La première chose que j'ai constatée, c'est que les portes d'entrées sont verrouillées. Pour les ouvrir, il faut posséder une carte magnétique ou appeler la réception. Et quand on arrive, il faut signer une feuille en indiquant son nom.

C'était l'heure de la sieste, mais on m'a fait visiter deux sections, celle des petits (toddlers) et celle des plus grands, dès 32 mois (preschool). Tout est très joliment aménagé, mais une chose m'a frappée immédiatement: beaucoup de bois, partout, au sol également. Peu ou pas de jouets en plastique... Tout est très cozy et a l'air confortable. Les petits étaient couchés sur des sortes de petits hamacs posés au sol. L'accueil n'est possible qu'à plein temps ou certains jours entiers par semaine. Il n'est pas possible d'effectuer uniquement des demis-journées.

Dans chaque salle : des jeux, des bibliothèques, une cuisine, des toilettes et un accès à une grande cour ombragée indépendante, avec des arbres et des fleurs, des jeux aussi...

Mais, ça, c'était la partie agréable de ma visite. La partie nettement moins agréable, c'étaient toutes les formalités à effectuer. Un truc absolument hallucinant et incroyable quand on vient d'Europe : le remplissage d'une trentaine de formulaires détaillés et la signature d'une douzaine de déclarations et attestations. Liste non-exhaustive :

-    numéros d'urgence à appeler, contacts médicaux et assurances
-    liste des personnes à appeler en cas d'urgence
-    adresses du domicile des parents, des grands-parents, des personnes à contacter
-    liste des personnes habilitées à venir chercher l'enfant
-    liste de signatures des personnes pouvant venir chercher l'enfant
-    liste des personnes habitant dans le même ménage que l'enfant
-    développement de l'enfant : marche, acquisition du language, motricité...
-    situation familiale et personnelle, professions des parents et affiliation à l'UCB
-    liste de toutes les personnes partageant le ménage de l'enfant
-    formulaire de santé général: taille, poids, vaccins... (4 pages)
-    attestation de visite médicale à faire remplir par le médecin traitant de l'enfant
-    acceptation de sorties et excursions
-    heures habituelles de sommeil, de repas, initiation à la propreté...
-    acceptation que les éducatrices puissent mettre de la crème solaire, et laquelle
-    profil psychologique de l'enfant (3 pages !), analysant son comportement
-    proposition d'activités que les parents peuvent partager en classe avec les autres enfants, 1h par semaine
-    liste des allergies et maladies de l'enfant
-    horaires et salles de cours du parent étudiant à l'UCB
-    activités que l'enfant pratique à la maison
-    régime et habitudes alimentaires, goût et préférences de l'enfant
-    nourriture que l'enfant ne voudra ou ne pourra pas manger
-    demande de subvention des repas pris au centre (ils sont pris en charge par l'Etat de Californie)
-    reconnaissance des droits de l'enfant / des droits des parents
-    langues parlées à la maison et origine des parents, "race" de l'enfant
-    acceptation de participer à des projets de recherche de l'UCB
-    acceptation que l'enfant soit observé et photographié à des fins de recherche de l'UCB
-    attentes, souhaits, espoirs, craintes des parents vis-à-vis de la garde de l'enfant
-    valeurs culturelles et religieuses de la famille

Formulaires à gogo
Après 2 heures (sans exagérer) de remplissage intensif, je ne pouvais plus compter le nombre de fois où j'avais indiqué le nom de mon fils, sa date de naissance, mon nom, mon numéro de téléphone et ma signature ! Une centaine de fois en tout cas... Assez pour en avoir mal au poignet pendant toute la soirée. Horriblement long, éprouvant et répétitif.

En ce qui concerne le tarif de garde, il est le même pour tous selon l'âge de l'enfant (moins de 24 mois ou pas). Chose surprenante, il ne dépend pas du statut des parents, ni de leurs revenus.  Et il est très élevé, du moins pour les Etats-Unis: USD 1'500.-- par mois environ au-dessus de 24 mois, USD 2'000.-- environ en-dessous, soit environ CHF 1'300.-- et 1'800-- respectivement. Cela explique probablement pourquoi il reste des places disponibles et pas de liste d'attente pour l'été !

Mais, je pense que mon mini-K. 1 devrait s'y plaire. Nous pourrons le confirmer dès lundi prochain. Je passerai un moment avec lui le matin, puis il restera un peu plus longtemps le lendemain, ce sera tout de même sa première vraie expérience en communauté, et en anglais. (Même il sait déjà dire "milk", sa boisson préférée, haha.)

En attendant, j'y retourne encore une fois cet après-midi, la procédure oblige en effet l'éducatrice responsable à rencontrer les parents pour un entretien complet avant de recevoir l'enfant. Et après cet entretien, je vais enfin aller chercher mes Minis-K. à l'aéroport, en guise de récompense.

0 commentaires :

Publier un commentaire

Votre commentaire sera publié après modération.