12 juin 2014

Mon appartement à Berkeley
Ai été très occupée ces derniers jours, à préparer l'arrivée imminente des Minis-Klerelo à Berkeley. D'où mon relatif silence... Justement, du fait que mes Minis-K. vont habiter avec moi ces prochaines semaines, je ne pouvais pas séjourner n'importe où.

Un grand nombre d'étudiants du LLM loge à l'International House. Il s'agit d'une très grande pension gérée par l'université, avec chambres individuelles, à deux pas (non, peut-être trente maximum) de Boalt Hall (Berkeley Law). J'en parlerai dans un futur billet, car pour y avoir souvent pénétré, je commence à connaître les lieux et je pense que cela pourrait aussi vous intéresser.

Mais, étant mère de famille et souhaitant accueillir mes Minis-K., j'ai dû chercher un appartement avec minimum deux chambres. Il faut savoir que les appartements de deux chambres meublés à louer pour l'été et près du campus ne sont pas du tout légion. On trouve facilement des chambres dans des colocations ou des sous-locations à l'année, mais pas du tout d'appartement "de vacances" disponibles pour plusieurs mois, surtout à des prix convenables.

Les loyers à Berkeley sont totalement prohibitifs. Il faut compter minimum CHF 2'000.-- pour un appartement de deux chambres avec salon. Les loyers de San Francisco sont encore plus élevés, pour une raison qui m'échappe, j'avoue... Dans les appartements meublés, je n'ai rien trouvé en-dessous de CHF 3'000.--, et il faut s'y prendre à l'avance, car souvent ces objets sont réservés par les parents et les familles des diplômés de l'université, pendant la "graduation week" qui a lieu à la mi-mai, et pendant l'été, car la région est prisée pendant les vacances d'été par les touristes de tout le pays.

Mais, d'un autre côté, inutile de s'y prendre trop à l'avance car les appartements d'étudiants se libèrent surtout au mois d'avril et mai, donc parfois seulement quelques jours avant, ou même quelques jours après le début du programme de LLM.

Pour trouver un logement, il existe Craigslist, l'équivalent d'Anibis (en Suisse) ou du Bon Coin (en France), mais Berkeley Law fournit aussi une liste aux étudiants admis au LLM, avec plusieurs propositions d'agences immobilières, notamment. Mais, il ne faut pas non plus négliger Airbnb, le site de sous-location qui a dernièrement provoqué quelques remous à New York (concurrence hotelière déloyale, prétendument...), mais qui permet d'avoir accès à beaucoup de propositions d'appartements et chambres plus que décents, à des prix corrects.

Pour ma part, j'ai fouillé sur Google et suis tombée sur le site web des propriétaires de l'immeuble dans lequel je loge. Il s'agit d'un couple qui a investi il y a une vingtaine d'années dans deux immeubles et un petit chalet à Berkeley, et qui loue ses appartements, tous très joliment aménagés et spacieux (rien à voir avec le cagibi cher, vieillot et bricolé pour obtenir un rendement maximum que j'ai trouvé ici par exemple, USD 3'800.-- par mois !). Ici, Madame s'occupe de l'administration, et Monsieur du bricolage. Je paie un loyer qui n'est pas bon marché du tout (USD 3'300.-- par mois, toutes charges incluses y compris électricité, internet wi-fi, eau, ramassage des poubelles, etc.), mais de loin pas le plus cher parmi toutes les propositions équivalentes que j'ai examinées (et par rapport à l'International House), tout ça pour un appartement de trois pièces avec deux salles d'eau en parfait état, spacieux, lumineux, avec une cuisine toute équipée (il y a même une râpe à rösti, haha), une place réservée pour la voiture sous un abri, une splendide vue sur la forêt et Oakland, proche d'une réserve naturelle avec plein d'animaux (geais bleus, biches, dindons, écureuils, ratons laveurs...), dans un coin d'une tranquillité absolue, à dix minutes de Boalt Hall.

Et cerise sur le gâteau, il y a un parc / lit de voyage, une chaise haute et une baignoire à disposition pour bébé !
Vue sur la forêt et Oakland
PS : si vous recherchez une solution temporaire (ou d'urgence) de logement à Berkeley en attendant d'emménager dans un appartement ou à l'International House, je vous conseille d'éviter à tout prix la Piedmont House : sols pouilleux, salles d'eau crasseuses et communes, odeur de moisi, rats dans la cuisine, pas de rideaux aux fenêtres, puces de lit et auréoles sur la moquettes pas lavée depuis des années ont été constatés par plusieurs de mes camarades qui y ont séjourné...

0 commentaires :

Publier un commentaire

Votre commentaire sera publié après modération.