11 août 2014

Pas de crampes aux bras ? Et en plus il faut la bouger sans arrêt, la flèche...
Et voilà, mes examens sont terminés. Je viens de rentrer en Suisse. En 3 mois, j'ai eu le temps de remarquer plein de petites choses curieuses et amusantes, quand on vient de Suisse (ou d'Europe). Je vous en livre une liste pas du tout exhaustive et en vrac, en attendant l'année prochaine :

1. Il y a une fente à toutes les portes de toilettes publiques. Donc, oui on voit à l'intérieur et on voit l'extérieur quand on est sur le trône, ça fait très bizarre au début mais on s'y habitue.

2. En Californie, presque tout le monde dit "salut" ("hi") à tout le monde, jeune ou vieux: on dit "hi" même à son professeur, qu'on appelle souvent par son prénom, par la même occasion.

3. Tout est plus gros. Par exemple, le flacon de solution de rinçage de bouche Listerine, déjà imposant en Suisse, se présente là-bas avec un contenu de minimum 1l (999 ml et des poussières ou 33.8 onces liquides).

4. Pour les piétons, pas de feux verts ou rouges, mais un bonhomme blanc et une main rouge à la place.

5. Si l'on ne demande pas expressément de ne pas mettre de glaçons dans sa boisson (bubble tea, limonade, thé froid, cola, etc.), on en reçoit d'office. Et j'ai même vu des gens mettre des glaçons dans leur bière.

6. La TVA (appelée "tax") n'est pas incluse dans les prix indiqués. Impossible de préparer sa monnaie à l'avance quand on passe à la caisse, car au prix indiqué au rayon s'ajoutent toujours 5-10% de taxe.

7. A Berkeley, il n'y a qu'un seul rond-point et c'est probablement le seul que j'aie jamais vu aux États-Unis à ce jour.

8. A Berkeley, il n'y a pas de panneaux "interdit de stationner", mais le bord des trottoirs est peint dans diverses couleurs : rouge (interdit de s'arrêter en tout temps), bleu (places pour handicapés), jaune (zone de livraison), etc.

9. Les billets américains ont tous la même taille et sont tous de la même couleur, avec la même face. On les distingue juste par leur coin et la tête du personnage historique imprimé d'un côté. Impossible de les distinguer sans les sortir du porte-monnaie !

10. Pour la monnaie, et selon la même logique pas logique, les pièces de 10 cents (dime) sont plus grandes que les pièces de 5 cents.

Une carte cadeau pour des habits, des restaurants et même tout le reste.
11. On peut acheter des cartes cadeaux pour n'importe, oui vraiment n'importe quoi (voir photo) et n'importe où, par exemple dans une pharmacie - droguerie, où, tiens donc, on vend aussi n'importe quoi, comme des habits, des fruits frais et des fournitures scolaires.

12. Les chariots de courses (ceux que les mémés tirent), ne sont traditionnellement pas en tissu avec des roulettes, mais sont des sortes de cages métalliques ouvertes avec deux grosses roues dessous, que l'on peut pousser comme un déambulateur.

13. Pas de pâtes feuilletées, brisées et autres pâtes fraîches pour la pâtisserie dans les supermarchés. Les seuls substituts que j'ai trouvés : des fonds de tartes congelés dans des barquettes en aluminium, sablés ou brisés et pas bons du tout.

14. Les nouilles fraîches, les concombres, les paquets de mouchoirs et les cotons-tiges coûtent beaucoup plus chers à Berkeley qu'en Suisse (mais pas le reste).

15. Les caisses à journaux sont aussi en libre-service comme en Suisse.

16. Comme en Floride, il y a souvent des types (jamais vu de femme faire ce boulot totalement ingrat) qui agitent des pancartes géantes en forme de flèches pour diriger les gens vers leur magasin / restaurant / magasin de téléphones portables / etc. Jamais ils ne s'arrêtent, ou alors juste pour reprendre leur souffle. A côté de ça, l'homme-sandwich c'est du gâteau.

0 commentaires :

Publier un commentaire

Votre commentaire sera publié après modération.