2 août 2015

Plus que deux semaines, et ce sera l'heure du retour en Suisse.

En attendant, lectures et "potassage" sont encore de rigueur, avec au menu un sujet a priori guère séduisant, la responsabilité professionnelle de l'avocat. Oui, c'est le sujet : l'éthique légale du praticien du droit américain, cours obligatoire pour les non-avocats souhaitant se présenter à l'examen du barreau de Californie.

Pour occuper mes minis-K., et ceci bien que je sois passée des dizaines de fois devant l'entrée de ce bâtiment un rien austère, j'ai décidé il y a deux semaines de m'inscrire à la bibliothèque municipale de Berkeley.


Ah, mais j'aurais dû le faire bien plus tôt ! (Vous allez comprendre pourquoi un peu plus loin.)

Comment s'inscrire ?

Ici, la bibliothèque est accessible à tous. Et quand je dis à tous, c'est vraiment à tous : étudiants, touristes, résidents permanents ou pas, autres habitants de Californie, sans abri, etc. Il suffit de rester à Berkeley ou en Californie pendant 2 mois au moins (en théorie). L'inscription se fait en ligne, et pour la confirmer, il suffit de se présenter en personne au guichet d'une succursale de la bibliothèque avec :
  • une pièce d'identité officielle (y compris permis de conduire étranger)
  • un courrier muni du nom et d'une adresse locale - une simple carte postale, ou même un email avec l'adresse en question suffit !
La carte, gratuite, est valable pendant 4 ans.
Et, à quoi ça sert ?
  • à emprunter jusqu'à 50 livres, DVD, CD (audio), etc. pendant 1 mois
  • à emprunter des outils ! Oui, des outils de bricolage pour la maison, à certaines conditions (il faut être propriétaire ou résident à Berkeley)
  • à emprunter des ebooks
  • à accéder, écouter et télécharger des centaines de milliers de .mp3
  • à regarder des films en streaming
  • à accéder à tous les cours de la méthode de langue Mango
  • à lire et télécharger des livres techniques et scientifiques en ligne
  • à lire et télécharger des magazines pour enfants et adultes (tous les plus grands titres de la presse américaine)
Vous comprenez pourquoi j'aurais dû m'inscrire bien plus tôt ? Non, pas encore ?

Caverne d'Ali Baba virtuelle...
Outre l'emprunt classique de livres, DVD, CD et autres documents, il est possible d'emprunter ou télécharger énormément de contenu électronique. Nous n'avons rien de tel en Suisse ! Avec une carte de bibliothèque américaine comme celle de Berkeley, on peut profiter d'une quantité hallucinante de contenu virtuel, de façon totalement légale, y compris depuis l'étranger, sans être physiquement présent à Berkeley. Rien que l'accès gratuit et complet à Mango (qui permet d'apprendre 34 langues différentes, en plus de l'anglais pour les étrangers) est inestimable. La qualité des cours donne envie d'apprendre... Ensuite, les magazines sont accessibles et téléchargeables sans limite de durée sur la plateforme Zinio, également sous forme d'app Android et iOS. Plus besoin d'acheter Wired, National Geographic, New Yorker, Macworld et compagnie... ils sont à disposition.

A noter que certaines bibliothèques américaines, comme celles de la ville de New York, facturent une taxe annuelle d'inscription pour les non-résidents permanents, justement en raison de tous ces avantages disponibles en ligne. A Berkeley, ce n'est pas le cas. C'est vraiment entièrement gratuit.

Les livres pour enfants

La section livres pour enfants ici est juste impressionnante : des milliers de références, sur un seul étage. La plupart des livres sont en 2-3 exemplaires, pour pouvoir toujours lire de tout, quand on le veut. Les livres sont répartis par tranches d'âge. Avec un sympathique coin de jeux et lecture pour les plus petits : des puzzles en bois, une cuisinette, des jeux, des blocs de construction... Mes minis-K. se rendent toujours avec plaisir dans cette bibliothèque : ils y jouent pendant que je leur choisis des livres, à la pelle, au hasard.

En attendant, je retourne terminer mes lectures (moins amusantes...).

0 commentaires :

Publier un commentaire

Votre commentaire sera publié après modération.