6 janv. 2016

Si vous avez plus de... euh... vingt-cinq ans, vous vous rappelez probablement du Lexidata qui trônait fièrement dans toutes les écoles, de la maternelle à la fin de l'école primaire. Cela ne vous dit (plus) rien ? Laissez-moi vous rafraîchir la mémoire : Il s'agissait d'un système d'apprentissage autonome pour les jeunes enfants, où en répondant juste à des questions à choix multiples sur des fiches, on déplaçait des curseurs sur un appareil d'assez grand format, carré. Si toutes les réponses étaient justes, un petit bonhomme, façon Jack-in-the-Box, sortait de son trou en faisant "cling" avec une petite sonnerie.
Lexidata, version 2010
Mais en fait, pourquoi est-ce que j'en parle au passé ? Le Lexidata existe toujours, même s'il doit être aujourd'hui bien moins populaire en classe qu'autrefois ! Il a été inventé il y a 45 ans par des instituteurs belges, mais se vend toujours. Oui, oui, j'ai d'ailleurs moi-même acheté un appareil et quelques fiches pour mes minis-K. Par nostalgie ? Pas uniquement. Ce système a quelques jolis avantages :
  • il ne requiert pas de piles
  • un seul appareil peut s'utiliser de 3 à 12 ans
  • il est assez solide (même si celui qui est vendu actuellement me semble moins solide que le jaune de mon enfance)
  • l'enfant peut l'utiliser tout seul sans assistance d'un adulte, même si celle-ci est recommandée pour bien débuter
  • la vérification est immédiate - si l'une des 12 réponses est fausse, le petit bonhomme ne sortira pas
  • les fiches sont solides et conçues pour passer de main en main (en classe par exemple), tout en étant parfaitement en adéquation avec le programme scolaire officiel
  • tout est fabriqué et imprimé en Belgique
J'ai soumis quelques fiches à mini-K. 1, qui aime bien le concept du bonhomme qui sort de son trou. C'est son côté ludique. Les exercices sont variés, en tout cas pour les fiches de 1ère année d'école enfantine (maternelle PS-MS) : il faut repérer les couleurs, les tailles, les quantités, les formes, etc.
Mini-K. 1 à l’œuvre sur son Lexidata
 Bon, du côté des points négatifs, j'en vois un majeur, mais qui ne semble absolument pas déranger mes enfants : le graphisme des fiches est complètement désuet, ringard et non-professionnel. Les illustrations datent vraiment d'il y a 30-40 ans, les couleurs sont criardes et plus du tout au goût du jour. En tant qu'adulte, ça me repousse pas mal et ne me donne pas très envie. C'est bien dommage, et cela explique sans doute pourquoi ce système a perdu en popularité dans les écoles. Une réactualisation du matériel, y compris de l'appareil, lui permettrait vraiment, à mon avis, de séduire un nouveau et plus large public...
Un exemple de fiche d'exercice (niveau 3-4 ans)
A noter qu'il est facile et tout à fait possible de concevoir ses propres fiches pour réviser tout et n'importe quoi. Une version à 4 positions de curseurs (au lieu de 3) lui permettrait même d'être utilisés par les adultes. Je suis convaincue que malgré l'omniprésence des ordinateurs, tablettes et autres smartphones, des systèmes d'apprentissage low-tech comme celui-ci, ont encore un avenir !

Mais bon, quand on consulte le site officiel de Lexidata France / Suisse, avec ses animations Flash... hideuses, ses textes en Comic Sans MS et ses dessins façon Clipart Corel Draw 1990's (la version canado-belge n'est guère plus avenante), on comprend pourquoi les fiches n'ont pas été réactualisées depuis des lustres et pourquoi ses concepteurs ne semblent pas réaliser que les codes graphiques ont évolué et qu'un produit, pour se vendre, doit s'adapter à son temps, en tout cas du point de vue des illustrations... (Tiens, une idée à explorer, peut-être ?)

0 commentaires :

Publier un commentaire

Votre commentaire sera publié après modération.