4 févr. 2016

Le titre de cet article peut paraître naïf, provocateur, prétentieux, ou alors paradoxal vu que je suis moi-même une très grande utilisatrice d'outils technologiques en tous genres (même si j'ai plus ou moins délaissé totalement les jeux vidéo depuis quelque temps). Mais, c'est la vérité, et c'est parfaitement assumé.

(Attention, ce qui suit n'est pas un manifeste, c'est juste mon témoignage personnel.)

Mon dernier article au sujet d'un app pour enfant sur iOS / Android remonte à mars 2015, et pour cause. Depuis, mes minis-K. ont presque totalement cessé d'être en contact avec les écrans à la maison, qu'il s'agisse de téléphone, tablette ordinateur ou autre. Le seul contact qu'ils ont encore avec un écran, c'est Peppa Pig en anglais, et uniquement 2-3 épisodes (au total 15 minutes maximum) dans la voiture, lors de très longs trajets de plusieurs heures, c'est-à-dire, 2-3 fois par année.

Il n'y a pas eu de pleurs, chantage, ni punitions, ni interdiction. Nous avons juste supprimé les apps pour enfants de nos tablettes et téléphones et ne les avons plus proposées. Mini-K. 1 (mon aîné, 4 ans) a encore demandé à faire quelques photos pendant quelques semaines, avec l'iPhone de Monsieur Klerelo, puis a totalement délaissé l'appareil. Il faut dire que l'usage des écrans par mini-K. 1 était déjà auparavant extrêmement limité, à une dizaine de minutes par semaine seulement. Son cadet, mini-K. 2 (3 ans), n'avait pratiquement jamais touché ni vu d'écran à la maison.

Étonnamment, le "sevrage" s'est fait en douceur, presque sans que personne ne s'en rende compte. Mes minis-K. ne me demandent désormais plus jamais à utiliser un écran, ni jouer à un jeu sur tablette, ni regarder une vidéo. Ils ne semblent plus du tout y prêter attention, tellement ils sont concentrés sur leurs autres activités (bricolages, jeux, jouets et livres). Et franchement ? C'est merveilleux ainsi, à mon avis.

J'ai notamment remarqué que mini-K. 1, qui ne semblait jamais vraiment pouvoir jouer très longtemps tout seul, peut désormais jouer et s'occuper jusqu'à plus d'une heure durant seul, tranquillement, à imaginer tout ce qu'il veut, dessiner et colorier, construire des circuits ferroviaires géants, assembler des puzzles, déplacer des figurines de Playmobil, raconter des histoires, découper des guirlandes, produire un spectacle, feuilleter des livres, préparer un menu de chef trois étoiles, bricoler des cadeaux en papier, etc. Je le guide au début, en lui proposant quelques activités et en lui montrant comment faire, s'il ne comprend pas. Et je reste toujours à proximité pour répondre à ses questions ou l'encourager. Idem pour mini-K. 2, qui adore imaginer de longues conversations avec ses peluches à qui il enseigner des trucs bizarres. Ils n'ont aucune difficulté à rester également à l'extérieur à jouer, dans le jardin ou ailleurs, pendant plus d'une heure, sans que nous n'ayons besoin d'intervenir (mais en les gardant à l’œil, bien évidemment).



On dit que la télévision et les écrans (ou Youtube en auto-play...) font office de baby-sitter de facilité. Curieusement, on ne parle pas de la difficulté que doivent avoir certains parents qui placent leurs enfants fréquemment devant ces écrans à les occuper quand ils en sont privés. Je ne ressens pour ma part absolument aucun besoin de placer mes enfants devant un écran pour les occuper, à aucun moment je ne me suis dit "dommage que nous n'ayons pas de télé, ça les aurait rendu tranquilles". Même quand je dois aller prendre une douche ou préparer le repas.

Alors oui, mes minis-K. ne sont pas parfaits. Ils se chamaillent, ils se disputent des jouets, crient et se tapent dessus, surtout en fin de journée, mais les crises sont assez brèves (même si elles peuvent être violentes !), et finalement ils parviennent toujours à trouver une solution, quand je ne décide pas de les séparer, ce qui à leurs yeux, constitue la pire punition (ils s'adorent, ces deux). Je précise que je n'ai jamais pris l'habitude de jouer avec eux et les ai toujours laissé jouer par eux-mêmes sans guider leur jeu une fois qu'ils se sont lancés. (Et qu'ils sont toujours surexcités quand il y a des invités ! Des fois que vous viendriez nous dire bonjour).

Nous n'avons pas de télévision à la maison, mais Monsieur Klerelo et moi-même possédons plusieurs ordinateurs, tablettes et smartphones (j'utilise quotidiennement moi-même deux ordinateurs, deux tablettes et trois smartphones !). Pour mes besoins professionnels et mes études, je suis plusieurs heures par jour devant un écran, et les minis-K. le savent. Mais pourtant... cela ne semble pas du tout les attirer. Pourquoi ? Parce qu'en leur présence, je n'utilise jamais, à moins de devoir répondre à un appel ou un courriel urgent, aucun de ces appareils. Je ne joue pas à Candy Crush Saga (beurk), je ne lis pas les journaux, ni même mes messages Whatsapp ou compagnie, quand ils sont à mes côtés. Pour m'occuper, je vaque à d'autres occupations (cuisine, rangement, bricolage, ou piano, qu'ils aiment écouter). Tous les appareils sont pourtant à leur portée de main, nous ne leur avons jamais interdit formellement de les utiliser, mais ils ne s'y intéressent pas, bien qu'ils sachent tout à fait à quoi ça sert. S'ils devaient s'y intéresser, je les réorienterais vers d'autres occupations moins "passives".

Entre-temps, bien sûr, j'ai découvert l'article paru dans le New York Times au sujet de l'éducation low-tech donnée par la plupart des parents de la Silicon Valley, à commencer par Steve Jobs, à leurs enfants. Que dire, sinon que je n'ai pas du tout été surprise par la teneur de cet article ? Je suis moi-même très méfiante à l'égard de l'influence des écrans sur le développement intellectuel et sensoriel des petits, n'ayant moi-même pas été exposée à ces écrans à leur âge.

Quand j'étais petite, tous mes petits copains possédaient des jeux à écrans ou électroniques, de type Ordinathan, Game Boy et compagnie. Je n'ai rien eu de tout cela. Et seulement 30 minutes de télévision par semaine maximum à partir de mes 10 ans (des émissions du commandant Cousteau, le Club Dorothée et les Babibouchettes, essentiellement). Je n'ai eu accès à mon premier ordinateur à la maison que vers mes 12 ans, et aucun jeu n'y était installé. Qu'en ai-je fait ? Je me suis mise à programmer des jeux sur Hypercard (Mac) et concevoir des sites internet (sur le bloc-notes - si, si), tout en utilisant Word pour écrire des romans que je voulais lire moi-même... Je ne me sens pas du tout "illettrée numériquement" parce que j'ai abordé l'informatique à un âge plus tardif que mes congénères.

Je suis consciente que mes enfants sont encore tous jeunes et que seul l'avenir nous dira si je fais fausse route ou non en les privant d'écran pour au moins quelques années (jusqu'à leur 12 ans et qu'ils pourront à leur tour apprendre à programmer ?), mais pour le moment, je suis convaincue qu'ils n'en ont pas besoin du tout pour bien grandir. Les apps "éducatives" ? J'y crois moyennement : Lexidata fonctionne tout aussi bien. Ils demanderont certainement dans quelques années à avoir tel ou tel gadget parce que leurs petits camarades en auront obtenu un. Eh bien, nous verrons comment nous parviendrons à ne pas céder à leur demande, le moment venu.

Mais, peut-être que la centaine de livres, peut-être que le choix de jouets qu'ils ont à disposition (circuits de train Brio, Lego Duplo, ardoises magiques, Playmobil 1-2-3, cuisinette, cabane en carton, petites voitures... bref, que des jouets durables et "classiques", qui favorisent l'imagination) et les activités que nous faisons tous ensemble (même le rangement et le jardinage), sont également à prendre en compte ?

Rendez-vous dans dix ans ! ;-)

0 commentaires :

Publier un commentaire

Votre commentaire sera publié après modération.