26 juil. 2014

Après plus de deux mois et demi passés à Berkeley, après avoir rencontré plein d'indigènes, après avoir goûté plein de plats différents, après avoir visité et traversé plein d'endroits, après avoir pris la voiture pour traverser la ville de long en large et faire mes courses dans tous les principaux supermarchés, je peux le dire, il y a quand même des petites choses intéressantes et drôles à raconter pour qui vient d'Europe et pourtant passe au moins une à deux fois par année, chaque année depuis plus de 20 ans, dans ce pays. Car Berkeley, ce n'est pas les "États-Unis moyens", c'est un endroit vraiment à part, unique, et ceci dans l’état le plus progressiste et "ouvert" des États-Unis. L'habitant de Berkeley n'est pas représentatif du reste des habitants du pays...

Voici quelques preuves en images :

Libres penseurs, vieux hippies et Telegraph Avenue
C'est la fête à Telegraph Avenue.
Telegraph Avenue en rassemble beaucoup, mais il y en a un peu partout : des gens qui n'ont pas peur d'avoir l'air excentrique et peuvent même en être fiers. Bien sûr, avec les années, certains de ces individus font peine à voir et ressemblent plus à des loques radotantes qu'à des personnes sensées, mais elles nous rappellent l'histoire qui a marqué la ville : celle de la révolte pour la défense de la liberté d'expression qui a émaillé les années 1960, et que l'on trouve sous forme de fresque sur le mur d'Amoeba, reliquat de cet esprit contestataire (boutique incroyable qui vend à peu près tous les CDs de musique épuisés partout ailleurs dans le monde, d'occasion ou neufs). Il y a tous les jours des "marginaux" qui disent la bonne aventure, vendent leurs œuvres de street art ou vous font des tatouages au henné.  Mais, tous les week-ends, un marché d'artisanat est organisé à Telegraph Avenue et souvent, la rue est fermée sur 1-2 blocs pour permettre l'organisation de concerts en plein air.

Supermarchés

Whole Foods - aliments et autres, en vrac
Berkeley est connue pour ses restaurants, dont certains sont plutôt haut de gamme. Mais du point de vue des supermarchés, on est très bien servi, et avec un nombre exceptionnel d'enseignes qui ne vendent que des produits de l'agriculture biologique ou ayant un très large assortiment de ces produits, ou alors de l'agriculture de proximité ou pour gourmets, avec des choix d'aliments à faire pâlir n'importe quelle personne vivant en Suisse avec les yaourts au mocca de la Migros qui sont quasiment les mêmes qu'à la Coop. En plus, on est vraiment très loin à Berkeley des enseignes de type Wal-Mart, Publix ou autres Safeway (il y en a deux, de Safeway, mais beaucoup moins fréquentés) qui alignent les rayons de chips et congélateurs. J'ai déjà parlé de Berkeley Bowl et ses deux magasins exceptionnellement bien achalandés en fruits et légumes... Et chose extraordinaire, le Whole Foods du coin comporte même une allée entière réservée à l'achat en vrac. Il est possible de tout acheter en vrac avec ses propres récipients : cosmétiques, produits de nettoyage, céréales, sucre, sel, farine, café, etc.

Totland
La meilleure place de jeux pour les petits que je connaisse.
Pour qui a des enfants en bas âge (1-5 ans), Totland (1644 Virginia St), c'est un petit coin de paradis, au coin d'une rue résidentielle bordée d'arbres. C'est vraiment un petit parc avec une place de jeux exceptionnelle et originale, bien que pas spécialement grande. On y trouve non seulement les traditionnelles balançoires, toboggans et bacs à sable, mais plusieurs grosses table de pique-nique à l'ombre des arbres, une petite salle d'activités où des cours pour les parents et enfants sont régulièrement organisés, avec des toilettes munies de tables à langer et plusieurs fontaines pour se laver les mains et se désaltérer, mais surtout plein plein de vieux jouets de plein air (tricycles, voitures, porteurs, pelleteuses pour le sable, trottinettes, etc.) en libre accès. C'est une tradition, ici les gens peuvent donner une deuxième vie aux jouets de leurs enfants, pour rendre d'autres enfants heureux. Alors, ces jouets restent dans le parc jusqu'à ce qu'ils rendent l'âme. Mes minis-K. ont pu tout essayer et sont toujours ravis de venir ici.

Dans le genre hors du commun, il y a une autre place de jeux qui sort carrément du lot à Berkeley, mais pour les plus grands enfants (dès 7 ans), c'est Adventure Playground (Berkeley Marina) : une place de jeux gigantesque entièrement composée de rebuts divers (panneaux de bois, vieux véhicules, vieux bateaux et matériaux de construction...).

Toyota Prius
Pas besoin de dessin, haha.
Même si les transports publics sont assez efficaces, la voiture reste indispensable si l'on habite comme moi au nord de Berkeley ou sur Berkeley Hill. Il y a beaucoup de véhicules hybrides en ville, mais une concentration jamais vue de Toyota Prius avec l'autocollant leur permettant d'utiliser la voie rapide "car pool" sur l'autoroute (qui permet de limiter l'effet des bouchons aux heures de pointe en favorisant le covoiturage, si normalement l'on est au moins 3 passagers dans une voiture). Voici les voitures que j'ai croisées en moins de 5 minutes entre mon appartement et le bas du campus de Berkeley, et j'en ai raté beaucoup d'autres, parquées sur le côté. D'ailleurs, il y en a peut-être un certaines qui ont accès aux (nombreuses) places "Reserved for NL" de l'université... des places pour Prix Nobel uniquement.

0 commentaires :

Publier un commentaire

Votre commentaire sera publié après modération.